Raconte-moi la radio

Quelques évènements dramatiques

La TSF a contribué très rapidement à sauver des vies humaines principalement en mer. On se souvient bien sûr du drame du Titanic, mais la liste des naufragés sauvés par la TSF est longue.

On peut rappeler seulement ici quelques évènements qui ont particulièrement frappés l'opinion publique au cours du siècle passé.

Le torpillage du RMS Lusitania

A la veille de la Grande Guerre, l'Allemagne possède la plus belle flotte de paquebots et a la suprématie commerciale sur les lignes transatlantiques.

L'Angleterre, qui voit d'un mauvais oeil cette situation lance une campagne de construction de navires de commerce pour couvrir les lignes vers le nouveau monde.

La Cumant-Line engage la construction de 2 géants des mers, rapides et luxueux, le RMS Lusitania et le RMS Mauretania .

RMS est l'abréviation de Royal Mail Steamer.

Le Lusitania est lancé de River Clyde le 16 juin 1906 et en octobre 1907, il ravit le Blue Riband (le ruban Bleu) au Deutschland un bateau de ligne allemand.

Arrive la Grande Guerre. Les Anglais et les Français qui voient la guerre s'éterniser entreprennent un blocus maritime de l'Allemagne.

Mais, à l'instigation de l'amiral Alfred von Tirpitz le créateur de la Kriegsmarine, cette dernière riposte en proclamant la guerre sous-marine contre les navires de commerce ennemis.

Le 7 mai 1915, Le Lusitania fait route au large de l'Angleterre en provenance des USA. Il reçoit un message télégraphique qui l'informe de la présence de sous-marins ennemis dans ses parages. Quelques instants plus tard, il est éventré par 2 torpilles.

Il va sombrer en 20 minutes.

Le Lusitania est équipé d’une TSF «moderne» qui a reçu les améliorations techniques demandées par la commission d'enquête du naufrage du Titanic. En particulier l'installation dispose d’une alimentation électrique de secours reliée à une génératrice dédiée, qui permettra à la radio de fonctionner et d'assurer le contact avec les secours jusqu'aux derniers instants du naufrage.

Le message S.O.S. (Save Our Souls) a été capté par de nombreux navires et par la station côtière de QUEENSTOWN. Les secours seront très rapidement organisés ce qui permettra à 750 des 2000 passagers d'être sauvés.

Cette tragédie au cours de laquelle va périr une centaine de citoyens américains, fait suite à d'autres évènements du même type :

  • - le torpillage du FALABA, bâtiment britannique, le 28 mars 1915
  • - L'attaque aérienne du bateau américain CUSHING le 28 avril,
  • - le torpillage du bateau américain Gulflight le 1er mai.

Ces évènements très graves, conduisent le gouvernement américain à réagir

.... The sinking of the British passenger steamer Falaba by a German submarine on March 28, through which Leon C. Thrasher, an American citizen, was drowned ; the attack on April 28 on the American vessel Cushing by a German aeroplane ; the torpedoing on May 1 of the American vessel Gulflight by a German submarine, as a result of which two or more American citizens met their death and, finally, the torpedoing and sinking of the steamship Lusitania, constitute a series of events which the Government of the United States has observed with growing concern, distress, and amazement ....

Les Allemands justifient leur action en prétextant que le paquebot transportait des munitions, ce que les Anglais nient farouchement.

Cet évènement va cependant fortement troubler la neutralité de l'opinion publique américaine.

En 1917, les Etats-Unis rentreront en guerre.

Il faudra attendre 1972 pour que les archives prouvent la vérité. Le Lusitania convoyait en effet des munitions. Il était en plus armé de 12 canons.

Le naufrage de l'Empress of Ireland

En 1904, afin de marquer son entrée sur l'Atlantique, la Canadian Pacific Railway Company (C.P.R.) commande deux paquebots jumeaux à la Fairfield Shipbuilding and Engineering Company de Govan (Glasgow) en Écosse.



Maquette de l'Empress of Ireland (Musée de Rimouski- Québec - Canada)

Ils seront les plus grands, les plus confortables et les plus rapides de la route entre l'Europe et le Canada.

L'EMPRESS of BRITAIN est lancé le 11 novembre 1905, suivi le 27 janvier 1906 par l'EMPRESS of IRELAND. Les EMPRESSES font 172 mètres de long (pour mémoire 269 m pour le Titanic).

Dès les premiers voyages, ils établissent des records de vitesse et deviennent rapidement très populaires auprès du public.

Ces géants des mers sont dotés d'un système de télégraphie sans fil Marconi et d'un système de détection d'icebergs par signaux sous-marins des plus modernes.

Le 28 mai 1914, l'Empress of Ireland quitte le port de Québec avec 1 477 personnes à son bord.

Il assure la liaison régulière Liverpool-Québec.

Vers minuit, il ralentit au large de Rimouski pour laisser descendre le pilote qui conduit les navires sur la partie amont du fleuve St-Laurent, étroite et dangereuse.

Au delà de Rimouski, le fleuve s'élargit et se confond avec la mer.

Vers 1 heure 30, le matin du 29 mai, alors qu'un brouillard se forme au large de Rimouski, le Storstad, un charbonnier norvégien, entre en collision avec le paquebot.

Il éperonne l'Empress et ouvre un ouverture béante (6m x7m) dans la coque qui se rempli d'eau très rapidement. Le navire se met à pencher sur tribord.

Avec la gîte de plus en plus forte très peu de portes étanches peuvent être fermées.

Ronald Ferguson, un des deux opérateurs-radio, sentit la légère secousse de la collision. Il se précipite dans la centrale radio de l'Empress où son assistant vient juste de prendre place. Il saisit son manipulateur et lance un message d'avertissement à toutes les stations:

"Tenez-vous prêts pour un appel de détresse, nous avons heurté quelque chose".

Immédiatement, la réponse arrive de la station Marconi de Pointe-au-Père:

"O.K. Nous sommes là".

Le paquebot penche de plus en plus à tel point que le télégraphiste lance ses SOS avec un pied sur le mur et un pied sur le plancher !

"S.O.S. Avons heurté quelque chose. Coulons rapidement. Envoyez de l'aide".
"Quelle est votre position?", demanda la station terrestre.

Ferguson fait un rapide calcul.

"Vingt milles passé Rimouski"..... "O.K., reprend Pointe-au-Père, envoyons Lady Evelyn et Euréka à votre secours!"


Reste de l'émetteur Marconi remonté de l'épave de l'Empress
Musée de Rimouski

Après avoir répondu au premier appel de l'Empress, Crawford Leslie, assistant opérateur de veille à la station Marconi de Pointe-au-Père, est allé réveiller son supérieur, William Whiteside. C'est ce dernier qui demanda la position de l'Empress à Ferguson et qui assura l'envoi de secours. Dès qu'il perdit la réception télégraphique de l'Empress, suite à la panne de courant survenue à bord, il lança un appel général pour tous les navires des environs.

L'Euréka arrivera sur les lieux du naufrage trois quarts d'heure plus tard et le Lady Evelyn peu après, trop tard pour sauver qui que ce soit. Ils recueilleront seulement quelques survivants à bord d'une chaloupe.

Seulement dix minutes après le choc, l'Empress a en effet chaviré complètement. Ses deux immenses cheminées jaune et noir sont venues frapper l'eau et écraser du même coup une chaloupe chargée de passagers.

Le géant coulera en moins de 15 minutes.

Sur les 1477 personnes embarquées à Québec, 1012 sont mortes dont 103 enfants. Il y aura seulement 465 survivants.

L'épave gît au fond du fleuve Saint-Laurent à plus de 45 mètres de profondeur au large de Sainte-Luce.

Ce sera la plus grande tragédie maritime de l'histoire du Canada.

Grâce à la TSF, un grand nombre de passagers auront quand même été sauvés.



Sources :

  1. LA TRAGÉDIE OUBLIÉE - Le naufrage de l'Empress of Ireland.Texte et illustrations :
    Jean-Pierre Fillion. http://iquebec.ifrance.com/jpfilempress/EmpressRecit.htm
  2. Musée de la Marine à la Pointe au Père près de RIMOUSKI (Québec - CA)


© 2000-2007 Pierre Dessapt